Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Images photos plongee Avec ses images aériennes, terrestres et sous-marines de voyages, le but de ce site est de vous faire découvrir la variété de la faune et de la flore et la beauté des paysages. Ces photos ne sont pas toutes «techniquement» parfaites, mais je m’attache d’abord à saisir l’opportunité et l’instantané. La diversité extraordinaire de la nature est un vrai régal pour les yeux, alors bon visionnage !Photography and scuba diving in the Indian and Atlantic Ocean.

L'aurore succède à l'aube, quand le jour pointe à l'horizon

Yvon Gildas(;)o

2011-01-21 (61)

L'aurore succède à l'aube et correspond au moment où le jour pointe à l'horizon, juste avant le lever du soleil. Outre ce sens originel, le mot aurore a été utilisé pour désigner plusieurs choses :

Aurore est un prénom féminin d'origine latine (Aurorum, qui dérive de Aurum, l'or). C'est l'équivalent du grec Eos Erigeneia, qui a donné par exemple Iphigénie, et qui signifie « lever de soleil ».

C'était le nom d'une divinité (en latin Aurora, en grec Éos) chargée d'ouvrir au char du Soleil les portes du ciel : voir Éos.

C'est également le nom d'une couleur : la couleur aurore est une sorte de jaune doré.

 

© Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Aurore

2011-01-21 (17)zz

 

 

L’Aurore

 
La nue était d’or pâle, et, d’un ciel doux et frais,
Sur les jaunes bambous, sur les rosiers épais,
Sur la mousse gonflée et les safrans sauvages,
D’étroits rayons filtraient à travers les feuillages.
Un arome léger d’herbe et de fleurs montait ;
Un murmure infini dans l’air subtil flottait :
Chœur des Esprits cachés, âmes de toutes choses,
Qui font chanter la source et s’entr’ouvrir les roses ;
Dieux jeunes, bienveillants, rois d’un monde enchanté
Où s’unissent d’amour la force et la beauté.
La brume bleue errait aux pentes des ravines ;
Et, de leurs becs pourprés lissant leurs ailes fines,
Les blonds sénégalis, dans les gérofliers
D’une eau pure trempés, s’éveillaient par milliers.

La mer était sereine, et sur la houle claire
L’aube vive dardait sa flèche de lumière ;
La montagne nageait dans l’air éblouissant
Avec ses verts coteaux de maïs mûrissant,
Et ses cônes d’azur, et ses forêts bercées
Aux brises du matin sur les flots élancées ;
Et l’île, rougissante et lasse du sommeil,
Chantait et souriait aux baisers du soleil.
2011-01-21 (1) optim
Ô jeunesse sacrée, irréparable joie,
Félicité perdue, où l’âme en pleurs se noie !
Ô lumière, ô fraîcheur des monts calmes et bleus,
Des coteaux et des bois feuillages onduleux,
Aube d’un jour divin, chant des mers fortunées,
Florissante vigueur de mes belles années...
Vous vivez, vous chantez, vous palpitez encor,
Saintes réalités, dans vos horizons d’or !
Mais, ô nature, ô ciel, flots sacrés, monts sublimes,
Bois dont les vents amis font murmurer les cimes,
Formes de l’idéal, magnifiques aux yeux,
Vous avez disparu de mon coeur oublieux !
Et voici que, lassé de voluptés amères,
Haletant du désir de mes mille chimères,
Hélas ! j’ai désappris les hymnes d’autrefois,
Et que mes dieux trahis n’entendent plus ma voix.

 

© Leconte de Lisle    :   L’Aurore ;   Poèmes barbares, Librairie Alphonse Lemerre, s. d. (1889?) (pp. 201-202).

 

2011-01-21 (4)

Commentaires